Qu’est-ce qu’une DAO ?

Le monde se transforme rapidement avec l’apparition de technologies révolutionnaires comme on a pu le vivre ces dernières décennies avec l’avènement de l’ordinateur personnel et d’internet. La Blockchain a la capacité d’offrir à son tour de nouvelles innovations technologiques, économiques et sociales comme les crypto monnaies, les registres distribués (distributed ledgers) ou encore les systèmes de financement (ICO).


Qu’est-ce qu’une DAO ?

DAO decentralized autonomous organization blockchain

DAO est l’abréviation anglaise de Decentralized Autonomous Organization, ou organisation autonome décentralisée en francais. Une organisation autonome décentralisée est une entreprise ou une organisation qui fonctionne automatiquement sans la participation de tiers de confiance ou de pouvoirs centralisés. Les décisions sont prises électroniquement par un code informatique. Il s’agit d’un système de règles codifiées qui définissent les mesures qu’une organisation doit prendre.

Prenons un exemple : imaginez un taxi sans chauffeur qui après avoir déposé un passager se rend à une station-service et il utilise les gains de sa dernière course pour payer son carburant. La voiture n’a pas besoin de consigne pour comprendre et prendre des décisions, mis à part les informations qu’on lui a donné lors de sa programmation initiale. C’est en suivant ce mode de fonctionnement que les DAO pourraient fonctionner dans le futur.

Ce futur est déjà là et il s’appelle Bitcoin. La technologie Bitcoin est l’application de la blockchain la plus connue et la plus répandue. En se basant sur un système de récompense, il permet l’échange de monnaie numérique, appelée bitcoin, sans dépendre de tiers de confiance et de pouvoirs centralisés. Elle est donc considérée comme la première société autonome.


Les DAO du futur

Nous pourrions donc avoir dans un futur proche des entreprises sans PDG ni hiérarchie. Les utilisations d’une telle infrastructure sont d’une ampleur considérable. Si les structures réglementaires le permettent, les données de la blockchain pourraient remplacer de nombreux documents publics comme les certificats de naissance, les certificats de mariage, les actes, les hypothèques, les titres, les dossiers des délinquants sexuels et des personnes disparues, etc.

Les cliniques de santé pourraient fonctionner de façon autonome, les compagnies de taxi seraient capables contrôler une flotte de véhicules sans chauffeur, une compagnie de développement de logiciels seraient en mesure d’employer des milliers de développeurs indépendants. La liste est assez longue et un modèle de DAO peut s’appliquer à presque toutes les entreprises.


Voici une liste des éléments clés d’une DAO :

Contrats intelligents – Smart Contracts

Un contrat intelligent est un programme informatique qui permet de faciliter et faire respecter l’exécution d’un contrat numérique en utilisant la blockchain. Les DAO fonctionnent sur la base de smart contracts pour échanger des biens, de l’argent ou tout ce qui a de la valeur, sans conflit.

Autonome

Les règles et les transactions de la DAO sont sauvegardées sur la blockchain, ce qui élimine le besoin d’intermédiaires ou d’autres parties de confiance, rendant ainsi les organisations véritablement autonomes.

Propositions

Les propositions aident à prendre des décisions éclairées au sein d’une DAO.

Vote

Une fois la proposition soumise, le processus de vote commence. Si la majorité des membres ne participent pas au vote ou sont en désaccord, la proposition pourra être rejetée.

Consensus

Les participants à la DAO doivent s’entendre sur la décision d’autoriser des transferts ou des échanges au sein de la DAO. Par exemple, un bug dans le code ne peut pas être corrigé avant que la procédure de vote soit lancée et que la majorité des membres se mettent d’accord.


Quels problèmes peuvent être rencontrés dans une organisation DAO?

La participation de tous les actionnaires est un problème. Actuellement, le statut juridique de ce type d’organisation commerciale n’est pas défini. Le terme employé pour désigner une telle société est « société en nom collectif », ce qui signifie que chaque membre est responsable des actions en justice et des dettes auxquelles l’entreprise peut être confrontée.

Un autre problème qui se pose est la difficulté de modifier le code qui définit les règles d’une DAO blockchain ou les smart contracts une fois déployés dans la blockchain. En soit, c’est une bonne chose car une seule personne ne peut pas changer les règles sans l’accord des autres, ce qui sécurise les échanges. Mais lorsqu’un bug se produit, il faut aussi un consensus entre tous les participants pour déployer une correction du programme. L’ordre du jour est donc de travailler sur la gestion d’un tel événement.


Conclusion

Les organisations autonomes décentralisées en sont au stade expérimental. Les développeurs essaient encore de comprendre les paramètres nécessaires à la construction d’une organisation auto-régulatrice et automatisée.

Blockchain et les nouveaux modèles de gouvernance distribuée peuvent apporter la confiance et la transparence nécessaires à de nombreux DAO sans intervention de tiers de confiance.

Les DAO pourraient s’appliquer à toute prise de décision ainsi qu’aux organisations non gouvernementales.

Le créateur d’Ethereum Vitalik Buterin le dit lui-même :

“Il y a beaucoup d’intermédiaires qui finissent par faire payer 20-30%, si le concept de décentralisation décolle et fonctionne bien, ces frais vont baisser à presque rien ».

Vitalik Buterin

Tous les humains ne sont pas d’accord avec ce changement possible, mais il est indéniable qu’un DAO est un modèle économique du futur.