Le guide de la technologie Blockchain et des crypto monnaies

blockchain

Définition de Blockchain

Pour bien comprendre ce qu’est la Blockchain, il faut d’abord bien poser les bases. Blockchain, que l’on peut traduire en français par “chaîne de blocs”, est une sorte de livre de comptabilité géant que tout le monde peut consulter et où sont répertoriées toutes les informations liées à une transaction : le prix si c’est un achat, le titre de propriété, l’acheteur, le vendeur, etc. Ce système est décentralisé, il ne repose donc pas sur une seule entité maîtresse, mais sur un ensemble d’acteur indépendant. Cette décentralisation, la sécurisation des données qui sont encryptées dans les blocs et la transparence font de la Blockchain une nouvelle technologie extrêmement intéressante pour les échanges.

Technologie blockchain : comment ça fonctionne ?

Comment fonctionne la technologie Blockchain ? Cette question est l’un des plus légitime que l’on peut se poser lorsqu’on aborde la Blockchain Technology. Si le système est révolutionnaire, son fonctionnement repose sur 3 principes pourtant déjà existant, et même bien établis. Le premier est la cryptographie des clés privées, qui servent à signer ses transactions dans la blockchain et donc assurer son identité. Le second est celui du réseau décentralisé, assurant son indépendance. Enfin, le dernier principe découle naturellement du second : l’assurance de la sécurité des transactions et leur transparence. Ainsi, tout ce qui se passe sur la Blockchain est minutieusement inscrit dans les blocs d’informations qui sont validés par les acteurs du réseau s’ils trouvent un consensus.

Les applications de la blockchain

On associe trop souvent la Blockchain avec Bitcoin, mais ce n’est pas la seule utilisation possible, bien loin de là ! Les applications de la Blockchain sont nombreuses et sa relative jeunesse laisse entrevoir d’autres possibilités encore à venir. Pour le moment, de nombreux secteurs s’intéressent à cette technologie et travaillent à son intégration pour créer de nouveaux services plus rapides, fiables et accessibles. Les plus notables sont les services financiers qui espèrent pouvoir se passer de l’intermédiaire des banques lorsque leurs apports ne sont pas significatif. La médecine peut également profiter de la technologie Blockchain avec par exemple un projet d’une banque de données médicales sécurisée dont les informations seraient facilement consultables, tant que le propriétaire du dossier l’autorise. Les idées et projets sont nombreux : l’avenir nous réserve encore bien des surprises.

C’est quoi un Ledger ?

Un Ledger est un terme anglais dans la Blockchain qui désigne un livre de compte ou un registre de comptabilité recensant des opérations financières. Il en existe deux types : les ledger centralisés et les ledger décentralisés. Les premiers recensent absolument toutes les transactions (les actifs, les passifs, capitaux etc.) et servent de référence unique et absolue stockée en un seul endroit.. Les ledger décentralisés collectent les même informations à la différence que ces dernières sont partagées et copiées chez tous les membres du réseau décentralisé : c’est sur ce principe que repose la Blockchain.

Les Smart Contracts ou Contrats Intelligents

Un Smart Contract est une des nouveautés qu’apporte la technologie Blockchain. Ces Contrats Intelligents, pour utiliser le terme français, sont donc des contrats où sont établis les règles et conditions auxquelles devront se plier tous les participants d’une Blockchain. Le contrat est ensuite stocké sur toutes les machines qui composent le réseau et sert de base lors des consensus pour savoir si une action peut être effectuée.

Qu’est-ce qu’une DAO ?

DAO est un acronyme pour le terme anglais Decentralized Autonomous Organization, ou organisation autonome décentralisée en français. Ce nouveau type d’organisation ne repose pas sur la participation d’un tiers de confiance ou un système de pouvoir centralisé. Au contraire, tout est automatisé et régi par un algorithme informatique. Les décisions sont prises automatiquement en fonction des conditions et règles établies lors de la rédaction du Smart Contract.

Blockchain et ICO

ICO est le sigle anglais pour Initial Coin Offering. L’ICO est une nouvelle façon de faire une collecte de fonds avec toutefois deux différences majeures. La première réside dans le fait que les investisseurs n’obtiennent pas d’action de la future entreprise et la seconde est que le projet se doit d’être lié à la Blockchain. En échange de leur investissement, les donateurs reçoivent des jetons numériques ou ICO coin (comme des bitcoins) qu’ils peuvent utiliser pour profiter des services de l’entreprise dans laquelle ils ont investi ou faire une plus-value en les revendant si les jetons ont pris de la valeur.

Les portefeuilles numérique ou Wallet

Le Wallet, ou portefeuille numérique, est un logiciel servant au stockage, à l’envoi et la réception de crypto monnaies. Puisque les crypto monnaies ne sont pas des monnaies physiques, mais virtuels, il faut s’équiper d’un porte-monnaie virtuel lui aussi pour pouvoir les conserver quelque part. Pour cela, il existe 4 types différents de wallet qui possèdent chacun leurs avantages et leurs défauts : les portefeuilles de bureau, les portefeuilles mobiles, les portefeuilles en ligne et les portefeuilles physiques.

Bitcoin

bitcoin

Qu’est-ce Bitcoin ?

Bien comprendre ce qu’est Bitcoin implique de faire dès maintenant la différence entre Bitcoin (avec le B majuscule) qui désigne le réseau où les transactions sont enregistrées et bitcoin (avec un b minuscule) qui est la crypto monnaie. Se reposant sur la technologie Blockchain, Bitcoin est le premier réseau et la première crypto monnaie à avoir connu un succès retentissant. Il se démarque des monnaies classiques (l’euro, le dollar…) car le bitcoin n’est pas régulé par une banque centrale, une institution financière ou un État.

Comment marche Bitcoin ?

Bitcoin est une des nombreuses applications possibles qu’offre la technologie Blockchain. Le fonctionnement de Bitcoin est donc sensiblement le même. Il repose sur un réseau décentralisé où lors d’échange de bitcoin, les transactions sont inscrites dans un bloc. Après vérification, si ce bloc est considéré comme correcte, il est validé et ajouté à la chaîne (la fameuse blockchain). Toutes ces informations sont accessibles et il est ainsi possible de retracer toutes les transactions. Une fois validé, l’échange se fait est les bitcoins sont transférés d’un wallet à un autre portefeuille numérique.

Pourquoi utiliser Bitcoin ?

Il existe plusieurs raisons qui expliquent pourquoi utiliser Bitcoin aujourd’hui. Tout d’abord, bitcoin est devenu au fil du temps la crypto monnaie de référence vis-à-vis de toutes les autres créées après. Le bitcoin est une monnaie qui n’est pas émise ni soumise à un État ou une banque centrale. Son fonctionnement repose sur la Blockchain technology et est donc décentralisé : tous les acteurs du réseau ont un rôle à jouer. Tous les paiements sont sécurisés, transparents, simples et rapides, ce qui en fait un système très intéressant pour les commerces de tout genre.

Acheter, vendre et stocker ses bitcoins

Pour obtenir des bitcoins, il est possible d’en acheter directement sur les plateformes d’échanges ou de les miner. La première solution est la plus rapide, mais aussi la plus coûteuse, en fonction du cours de la crypto monnaie. La seconde méthode est plus longue mais moins onéreuse. Une fois des bitcoins acquis, il faut pouvoir les stocker. Pour cela, il faut absolument créer un wallet, ou portefeuille numérique. Il en existe de plusieurs sortes en fonction de la sécurité et de la facilité d’utilisation recherchée. Enfin, vous pouvez aussi revendre vos bitcoins sur les mêmes plateformes d’échanges ou les utiliser pour acheter des biens ou des services à des commerçants les acceptant : ces derniers étant de plus en plus nombreux à adopter Bitcoin !

La légalité du Bitcoin

Bitcoin est dans une situation très particulière au niveau de la réglementation. Le fait que Bitcoin soit la première crypto monnaie fait qu’aucune loi actuelle n’a été rédigée en prenant en compte les particularités d’une monnaie virtuelle. Ainsi, Bitcoin peut être complètement interdit dans certains pays, accepté dans d’autres et entre les deux ailleurs. Il faut donc être très vigilant à la réglementation du pays où l’on réside concernant Bitcoin pour agir en toute légalité et ne pas avoir de mauvais surprise.

Miner du bitcoin

Afin de miner du bitcoin, il faut être un minimum équipé et informé. Il faut notamment savoir qu’aujourd’hui, miner du bitcoin est devenu très dur, car la concurrence est rude. Néanmoins, cela ne doit pas empêcher de se lancer dans l’aventure. Dans un premier temps, il faut se créer un wallet si ce n’est pas déjà fait. Ensuite, il est important de monter un ordinateur assez puissant pour miner du bitcoin. Le minage est l’action de résoudre des équations complexes sur le réseau Bitcoin afin de vérifier les transactions qui s’y déroulent. Une fois le calcul réussi, le système récompense les mineurs par une certaine somme de bitcoin. Pour résoudre beaucoup d’équations rapidement, il faut donc une machine puissante. Une fois l’ordinateur monté, il suffit de télécharger un logiciel de minage, le configurer et le tour est joué !

Satoshi Nakamoto : l’inventeur de Bitcoin ?

Si vous vous êtes un peu intéressé à Bitcoin, vous avez sûrement dû entendre parler de Satoshi Nakamoto. Il serait la personne derrière l’invention de Bitcoin et plus largement de la création de la première base de donnée Blockchain. Il serait donc la personne ayant posé les bases de la révolution numérique majeure que nous vivons actuellement. En vérité, personne ne sait vraiment si ce Satoshi existe réellement. Il est tout à fait possible que derrière ce pseudonyme se cache une équipe de personne ayant travaillé et lancé Bitcoin.

Ethereum

Ethereum, c’est quoi ?

À l’image du très célèbre Bitcoin, Ethereum est un autre système, générant une crypto monnaie, qui repose sur la technologie Blockchain. Néanmoins, les similitudes avec le mastodonte de la monnaie virtuelle s’arrêtent là, car Ethereum est une Blockchain Open Source. Cela signifie que son code informatique est ouvert à tous, permettant à n’importe qui de développer des services et applications sur la plateforme Ethereum.

Qu’est-ce que l’Ether ?

L’Ether est la crypto monnaie genéré via le réseau Ethereum. Car Open Source ne rime pas forcément avec gratuité : il faut payer l’hébergement et l’évolution de cette plateforme. Pour cela, à l’instar des bitcoins, les mineurs résolvant les équations sont récompensés en Ether, qu’ils peuvent dépenser pour utiliser les services liés à Ethereum ou revendre contre une autre crypto monnaie (ou une autre monnaie classique).

Miner de l’Ethereum : comment ?

Miner de l’Ethereum, par extension de l’Ether, se fait comme pour miner d’autre crypto monnaie comme le bitcoin. Il faut donc ouvrir un wallet pour pouvoir stocker ses Ethers achetés ou minés. Puis, il faut s’assurer de posséder un ordinateur assez puissant pour pouvoir optimiser son rendement. En effet, les équations mathématiques qui doivent être faites nécessitent une puissance de calcul parfois conséquente. En théorie, tout le monde peut miner de l’Ethereum, mais cela prendra beaucoup plus de temps pour des ordinateurs peu puissant. Une fois une machine à la hauteur des attentes montée, il faut télécharger un logiciel qui effectuera les réglages pour lancer le minage.

Utilisation de l’Ethereum

Encore une fois, si vous savez comment utiliser des bitcoins, vous savez également comment utiliser de l’Ethereum (ou de l’Ether, c’est pareil). La crypto monnaie générée par les mineurs peut être utilisée pour acheter des biens ou services auprès des commerçants qui acceptent cette monnaie. Vous pouvez également l’échanger contre d’autre crypto monnaie, tel que le bitcoin, afin d’élargir votre portefeuille d’argent virtuel. Enfin, il également envisageable de revendre vos Ether contre des euro ou des dollars.

La création de l’Ethereum

On doit la création d’Ethereum à un petit génie de 19 ans du nom de Vitalik Buterin. Il s’intéresse tôt à Bitcoin et à la technologie Blockchain et commence à développer des applications liées à Bitcoin, mais se sent vite limité. Vitalik imagine alors une autre plateforme exploitant blockchain, mais qui ne serait pas cantonné à la finance. C’est ainsi qu’il fonde en 2014 le réseau Ethereum sur la base de l’open source, pour permettre à tous les développeurs de créer des applications dans toutes sortes de domaines basées sur Blockchain.