Qu’est-ce qu’un Ledger ?

Un ledger, traduit littéralement ‘’registre” en français, est un terme employé dans le domaine de la Blockchain pour désigner un livre de compte ou registre de comptabilité contenant toutes les opérations financières d’une organisation.

ledger

Commençons notre explication avec un peu d’histoire. Les ledgers sont depuis l’Antiquité au cœur des transactions économiques pour enregistrer les contrats, les paiements, les transactions d’achat-vente, etc. Au fil du temps, leurs supports ont évolués, en passant du bois, à la pierre, au papyrus et enfin du papier au numérique avec l’apparition des ordinateurs à partir des années 80.

Aujourd’hui, grâce au développement considérable de la puissance de calcul et de stockage des ordinateurs, les informations stockées numériquement sont plus volumineuses, sécurisées cryptographiquement, se partagent plus rapidement et décentralisées.

Il est important de s’arrêter sur ce dernier terme ‘’décentralisées’’, qui incarne une des différences majeures que présente un “Distributed Ledger ” : quelles sont les différences de fonctionnement entre les systèmes centralisés et décentralisés?


Centralized Ledger ou Ledger centralisé

Un Ledger centralisé contient tous les comptes permettant d’enregistrer les transactions relatives à l’actif, au passif, aux capitaux propres, aux revenus et aux dépenses d’une société. Il fonctionne comme un référentiel central regroupant toutes les données comptables transférées depuis toutes les entités d’une société, gestion de trésorerie, d’immobilier, des achats et des projets.

En d’autres termes, le Ledger centralisé est l’épine dorsale de tout système comptable qui contient des données financières et non financières d’une organisation.

Mais ce système a ses limites. Prenons l’exemple des banques, qui ont un contrôle total sur les transactions qui sont comptabilisées dans des Ledgers centralisés. Puisque toutes les transactions sont contrôlées par une seule entité, cela leur permet d’imposer des frais d’AGIOs ou de ponctionner vos comptes sans votre consentement. Ce qui peut s’avérer très dangereux car si l’entité responsable a de mauvaises intentions, elle peut causer de graves préjudices à ses clients.

Elle peut aussi décider du jour au lendemain de bloquer toutes les transactions. Accorder autant de pouvoir à quelqu’un peut entraîner des erreurs, accidentelles ou non.


Distributed Ledger ou Ledger décentralisé (distribué)

blockchain ledger

Un Distributed Ledger n’est rien d’autre qu’une base de donnée partagée à travers un réseau de personnes qui sont connectées entre elles avec leurs ordinateurs (noeuds).

La caractéristique révolutionnaire de la technologie Distributed Ledger est qu’il n’est géré par aucune autorité centrale. Tous les participants au sein d’un réseau répliquent et sauvegardent une copie identique du ledger qui se met indépendamment à jour sur chaque machine. Ils vont ensuite émettre un vote sur ces mises à jour pour s’assurer que la majorité est d’accord avec sa conclusion. Ce vote et cette entente sur une copie est appelé consensus et est effectué automatiquement par un algorithme. Une fois le consensus blockchain atteint entre les participants, la dernière version convenue du ledger est sauvegardée séparément par chacun.

Les données peuvent être financières, juridiques, physiques ou électroniques. La sécurité et l’exactitude des données stockés dans le ledger sont assurées cryptographiquement.


Quelle est la différence avec la technologie Blockchain?

La Blockchain est en fait un type de Distributed Ledger. Ces deux concepts nécessitent une décentralisation et un consensus entre les nœuds (participants). Toutefois, la Blockchain organise les données en blocs et se met à jour dès qu’un élément est ajouté après le dernier existant (structure append-only).

Les nombreux avantages de l’utilisation de Distributed Ledger dans le cas de la Blockchain sont que :

  • Deux parties peuvent procéder à un échange sans la surveillance ou l’intermédiation d’un tiers, ce qui réduit fortement, voire élimine, le risque d’erreur.
  • Les utilisateurs contrôlent l’ensemble de leurs informations et de leurs transactions.
  • Les données sont complètes, cohérentes, à jour, exactes et largement disponibles.
  • En raison des réseaux décentralisés, la blockchain n’a pas de point central possiblement vulnérable et est mieux à même de résister aux attaques malveillantes.
  • Les utilisateurs peuvent être sûrs que les transactions seront exécutées exactement comme le protocole l’exige, ce qui élimine le besoin d’un tiers de confiance.
  • Les modifications apportées aux blockchains publiques sont visibles par tous les partis, renforçant la transparence des procédés, et toutes les transactions sont immuables : elles ne peuvent être modifiées ou supprimées.
  • Toutes les transactions étant ajoutées à un seul ledger public, cela réduit l’encombrement et les complications des ledgers multiples.
  • Les opérations interbancaires peuvent prendre des jours pour la compensation et le règlement final, en particulier en dehors des heures de travail. Les transactions blockchain peuvent réduire le temps de transaction à quelques minutes et sont traitées 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.
  • En éliminant les intermédiaires tiers et les frais généraux liés à l’échange d’actifs, les blockchains ont le potentiel de réduire considérablement les frais de transaction.

Attention : Le terme Ledger est aussi utilisé pour désigner un portefeuille permettant de stocker des crypto monnaies. Il s’agit du portefeuille Ledger Nano S qui est un ledger wallet ou hardware ledger ressemblant à une simple clé usb.